Vendredi, le 4 novembre 2011

 Parfois, on a beau se battre sans arrêt pour changer quelque chose que l’on trouve déplaisant sur nous, je vous jure qu’un jour, ça vous rattrape et ça revient sans cesse. On met tous les efforts nécessaires à maintenir l’image que l’on a rêvé toute sa vie, l’image de soi, de perfection semi-acquise, d’idéaliste masculin, l’image forte de la femme menue, petite, sans forme, l’image véhiculée par les médias, cette image qui s’instaure dès l’adolescence et même plus encore, dès l’enfance et qui fausse complètement l’acceptation de soi, qui nous met au pied du mur dès le départ, à quoi bon lutter contre ça, on ne peut être qu’un attrait à l’œil masculin. Si on ne peut même plus être soi-même et s’aimer dans ce que l’on projette et surtout, surtout, être en accord avec cette projection, où le monde s’en va? Qu’apprendrons-nous à la génération future? Ça ne présage rien de bon.

Nous sommes femmes et non, objet sexuel au départ. Le corps charnel n’est que corps, qu’en est-il de la beauté intérieure, des vraies valeurs…Tout ça est en train de se perdre royalement, foutrement dans la société actuelle.

Voilà pourquoi on devient boulimique, voilà pourquoi on devient anorexique, parce que la pression sur nos épaules de simple femme est insupportable. On doit avoir recours à toute cette folie alimentaire pour entrer dans les critères exigés, bien vus, pour se sentir belle, et sentir que les autres le pensent aussi sinon on se sent immédiatement catégorisé, jugé, on en est rendu là maintenant.

mod_article5476039_2.gif

Published in:Au Quotidien |on novembre 4th, 2011 |

You can leave a response, or trackback from your own site.


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 148 articles | blog Gratuit | Abus?