Archive for the 'Au Quotidien' Category

Vendredi, le 4 novembre 2011

 Parfois, on a beau se battre sans arrêt pour changer quelque chose que l’on trouve déplaisant sur nous, je vous jure qu’un jour, ça vous rattrape et ça revient sans cesse. On met tous les efforts nécessaires à maintenir l’image que l’on a rêvé toute sa vie, l’image de soi, de perfection semi-acquise, d’idéaliste masculin, l’image forte de la femme menue, petite, sans forme, l’image véhiculée par les médias, cette image qui s’instaure dès l’adolescence et même plus encore, dès l’enfance et qui fausse complètement l’acceptation de soi, qui nous met au pied du mur dès le départ, à quoi bon lutter contre ça, on ne peut être qu’un attrait à l’œil masculin. Si on ne peut même plus être soi-même et s’aimer dans ce que l’on projette et surtout, surtout, être en accord avec cette projection, où le monde s’en va? Qu’apprendrons-nous à la génération future? Ça ne présage rien de bon.

Nous sommes femmes et non, objet sexuel au départ. Le corps charnel n’est que corps, qu’en est-il de la beauté intérieure, des vraies valeurs…Tout ça est en train de se perdre royalement, foutrement dans la société actuelle.

Voilà pourquoi on devient boulimique, voilà pourquoi on devient anorexique, parce que la pression sur nos épaules de simple femme est insupportable. On doit avoir recours à toute cette folie alimentaire pour entrer dans les critères exigés, bien vus, pour se sentir belle, et sentir que les autres le pensent aussi sinon on se sent immédiatement catégorisé, jugé, on en est rendu là maintenant.

mod_article5476039_2.gif

Published in:Au Quotidien |on novembre 4th, 2011 |No Comments »

Jeudi, le 4 août 2011

Voilà un moment que je n’ai pas écrit. Pas parce que je n’avais rien à dire, au contraire, mon coeur pleure. Je chevauche la vie à grand coup d’épée, profondément attristée de l’ampleur de mes résultats. J’étais sur ma lancée et fière de l’être et voilà, la fameuse rechute. Bon, je continue, je me relève encore, j’ai épuisé ce qu’il me restait de force.

Sans mentir, les deux mois avant d’arriver ici, dans la solitude, je les ai passés à ne pas faire une seule crise. Pourquoi? Bonne question, je crois que c’était simplement le fait d’avoir un but à accomplir qui me maintenait si forte, l’idée de partir et de recommencer à neuf, seule dans mon petit logis. Maintenant que j’y suis parvenue, je me sens lasse, j’ai plus de buts à accomplir dans l’immédiat, mes recherches d’emploi n’aboutissent pas. Je me sens anéantie encore. Je vis recluse dans mon appartement avec ma fille, où est l’évolution que j’attendais tant? Je repars au point zéro, mais, j’ai continué à faire mon exercice physique à chaque jour, la seule constance dans ma vie qui me sécurise vraiment. Aide-toi et le ciel t’aidera.

Je recommence à m’aider, je peux y arriver, mais c’est triste de voir que les gens ne comprennent pas que la boulimie, ce n’est pas chose simple, ce n’est pas en claquant des doigts qu’on l’efface de sa vie, elle revient bien souvent. Souhaitons que ce ne fût qu’une impasse, que je vais reprendre où j’avais laissée.

 winnie_pt-30.gif

Published in:Au Quotidien |on août 4th, 2011 |No Comments »

Jeudi, 16 juin 2011, Adieu mon ami

Aujourd’hui, ce 16 juin, exactement treize jours après son anniversaire de naissance, mon meilleur ami est décédé. Mon cœur est triste, lourd de chagrin. Pas de mots, qu’une douleur intense qui surgit en moi lorsque je repense à tous nos nombreux souvenirs. Je ne croyais jamais le perdre, à croire qu’il était éternel…

Je suis terriblement triste, je n’ai plus envie de parler de moi, de ma maladie qui n’est pratiquement plus présente. Tout va pour le mieux à ce niveau, mais ce soir, je fais simplement revivre en moi mes plus beaux moments passés auprès de mon meilleur ami. À toi mon JR, mon petit Denis, tu vas tellement me manquer, je ne peux exprimer la tristesse que je ressens et cette perçante douleur, si vive telle une lame qui me transperce le cœur et le déchire en mille et un morceau….Je t’aime fort, je reste là, tu restes là à mes côtés pas très loin de moi, je le sais, je le sens…En ta mémoire, voici cette chanson que tu adorais tant!!!! Je t’aimerais toujours malgré la mort qui nous sépare pour l’instant, un jour, on se retrouvera enfin….Merci encore Jean pour tout ces souvenirs, pour tout ce que tu m’as apporté! Merci pour ta grande générosité, ton amour de la vie, ce que tu m’as appris par ta sagesse, ta bonté de cœur, ta pureté d’âme, tu as marqué ma vie, je t’en serais éternellement reconnaissante! 

6bnpvp74.gif

 

Published in:Au Quotidien |on juin 16th, 2011 |No Comments »

24 mai 2011

Bon, ce que je peux dire, c’est qu’il y a eu beaucoup d’évolution positive de mon côté depuis un certain temps. Je m’alimente mieux, je ne me pèse plus à chaque jour mais plutôt une fois par semaine et demi environ et j’ai intégré l’exercice physique à ma vie. J’ai fais l’achat d’un superbe vélo éliptique d’intérieur et je m’entraine régulièrement à raison de deux séances de 15 minutes par jour.

Je me sens tellement mieux depuis et je bois beaucoup d’eau. Je ne vomis que très rarement, seulement si je vais au restaurant et même au restaurant, je change ma façon de faire et je priorise les repas plus santé. Ça va très bien, je me sens si mieux dans mon corps, je me sens moins coupable et j’ai réintégré des aliments dans ma nutrition. À vrai dire, tout va pour le mieux et je suis en train de guérir, cette fois-ci je le sens bien!! Ce ne sont pas des efforts que je fais, je n’ai plus ces pulsions qui m’amenaient indéniablement vers le réfrigérateur ou le garde-manger, au contraire, j’en ai plus envie depuis que je prend un bon petit déjeuner le matin. Ça me permet de passer la journée sans trop d’efforts, un peu de changement et je me sens rééquilibrée, de plus, mes heures de repas sont fixes contrairement à avant où je mangeais un peu n’importe quand. Tout va pour le mieux.

J’ai pris du poids mais c’est pas énorme non plus, je me situe dans mon IMC comme ayant un poids santé. Je me sens en paix avec moi-même et avec le problème que j’avais avec la nourriture. J’ai hâte de dire que tout ça est loin derrière moi, ça s’en vient!!!

l3egojxx.gif

Published in:Au Quotidien |on mai 24th, 2011 |2 Comments »

Lundi, 18 avril 2011

Ça fait très longtemps que je  n’ai pas écrit. Je suis dans un tourbillon ces temps-ci, ça n’arrête pas. J’ai tellement de choses à faire que je ne sais plus où donner de la tête. Je suis en train de me préparer à déménager avec ma fille, dans une autre ville. J’ai conclu après tout ce temps qu’il me fallait un peu de changement à cette routine.

Je me suis convaincue à prendre les rênes de ma vie et d’aller vers un peu d’indépendance pour sortir de cet enfer qu’est ma maladie. J’avoue que moralement, je vais beaucoup mieux. Le poids de ce que je vis au quotidien est beaucoup moins lourd qu’avant.

Simplement de me motiver à aller de l’avant et de faire des choses concrètes en soi, m’aide énormément. Ça me redonne tellement de confiance. C’est un début, je ne dis pas que tout va s’effacer grâce à cela, du jour au lendemain, mais ça devrait aider beaucoup à ma situation. C’est un pas, et chaque pas que je fais est important. Je me félicite de vouloir que ça change et je suis fière de la tournure des événements, plusieurs pourraient penser que c’est de fuir un peu, mais au contraire, je vais probablement arriver à mieux gérer ma vie en m’éloignant temporairement de ce mode de vie que j’avais coutume de suivre…

Juste, concentrer mes énergies ailleurs, ça devrait beaucoup me rendre service et de plus, je me rapproche de mes parents, ce qui va me permettre de pouvoir m’exprimer et aller chercher l’aide dont j’ai besoin auprès d’eux. Parfois juste parler aide beaucoup à extérioriser ce que l’on ressent à l’intérieur. C’est un départ vers la guérison.

93ed452a.png

Published in:Au Quotidien |on avril 18th, 2011 |1 Comment »

Mardi, le 1 mars 2011

Parfois je n’ai pas de mots pour dire comment je me sens, ça vient et ça passe, c’est des up and down, par contre, ces temps-ci, ça va plutôt bien. Je m’en sors, je garde la tête hors de l’eau. Je vis au jour le jour et c’est aussi pour ça que j’écris beaucoup moins, je me change les idées, j’essaie même parfois d’oublier de penser. Tout simplement le vivre ce fameux moment présent qui se montre le bout du nez.

Je ne me pèse plus et j’arrive presque à oublier que je suis boulimique, j’ai trop de choses sur lesquelles me consacrer. D’autres choses beaucoup plus importantes telles, mon bonheur et celui de ma fille. Quelle belle façon d’être égoïste, mais une fois de temps en temps, ça ne fait pas de tort même du bien.

Donc, je prends chaque jour comme ils viennent, j’arrête de m’inquiéter, je laisse les choses se faire, je suis impuissante et je n’ai pas toujours le contrôle. Bonne affaire d’ailleurs, c’est comme ça la vie, une suite d’imprévus, d’inattendus et bien souvent, de belles surprises à découvrir.

 gifamour15.gif

Published in:Au Quotidien |on mars 1st, 2011 |1 Comment »

Vendredi, 25 février 2011

Ce matin, j’ai pris un rendez-vous pour une douleur atroce aux dents. Vous savez tout comme moi qu’en étant boulimique, on s’en sort rarement sans un problème dentaire… L’acide gastrique abime les dents bien en profondeur et après deux ans intensive de maladie, je crains le pire pour celles-ci.

Par contre, ça fait quelques jours où je vois beaucoup d’amélioration au niveau de mon alimentation, moins de crises de boulimie, la dernière remonte à mardi et aussi, j’ai commencé à réintégrer certains aliments, dont le saumon, poisson pargassus, blé puffé au déjeuner, banane, d’où le déjeuner d’ailleurs parce qu’avant, je ne déjeunais pas et aussi, je réintègre les purées de fruits non sucrés.

Lentement mais surement, je vais y arriver. Ça va mieux. J’ai pris une nouvelle habitude d’ailleurs, lorsque je sens la crise monter en moi parce que j’ai le goût de gouter à des aliments interdits, par exemple cette semaine c’était, tarte aux bluets, pâté au saumon et rigatoni gratinés et bien, je ne fais pas de crise, mais j’ose simplement y gouter un petit morceau de chaque. Ensuite, l’envie est passée et je n’ai pas triché. Voilà, ça évite la crise. Bon, un autre bon truc, cesser complètement de se peser. Ça fait 2 semaines et je n’en souffre pas. Je m’en fou littéralement. De plus, j’ai commencé des exercices au sol de type Pilates. Ça renforce les muscles et remplace la graisse par du tonus. Plein de petits trucs pour s’encourager. J’essaie aussi de manger à des heures plus normales, d’où 11 h pour le diner, le déjeuner vers 7 h 30 et le souper 4 h. Je me réessaie.

Il faut bien reprendre le contrôle. En agissant ainsi, j’aide à ma situation et j’ai remarqué que je culpabilisais beaucoup moins qu’avant. Je me permets de petits écarts sans aller directement les rejeter à la toilette.

2yyvwg0.jpg

Published in:Au Quotidien |on février 25th, 2011 |1 Comment »

Mardi, 22 février 2011

 003.gif

Voilà, ça fait 4 jours que je n’ai pas eu de crise. Je suis d’un côté, très fière, de l’autre, un peu déçue de la tournure des événements. Éventuellement, je vais aller consulter pour me remettre sur le droit chemin. Mais pour l’instant, j’ai pris une décision qui va probablement changer ma vie. Peut-être la décision qui va m’apporter la guérison. Du moins, je me le souhaite.

Dans la vie, y a rien de facile, faut parfois se battre et parfois, faut savoir lâcher prise. C’est ce que je vais faire dans les mois qui vont venir. Un nouveau départ, une toute nouvelle vie, beaucoup de changements en perspective. Je regarde le ciel bleu et je me sens bien, libre, sereine. Je veux qu’il en soit ainsi pour ma vie qui s’en vient. L’étape de la rupture est bien difficile, l’étape du deuil de l’autre personne aussi, mais, je n’arrive plus à respirer, je me sens emprisonnée tel un petit oiseau. J’ouvre mes ailes pour aller de l’avant. J’abandonne la guerre et je débute le combat.

Je vais parvenir à être bien, à trouver mon bonheur en moi. Je pense à moi et même en étant égoïste, pour une fois, je ne me sens pas coupable parce que je sais que le meilleur est à venir. Faut savoir accepter la fatalité, l’irrémédiable, l’inévitable…

feerie-animee-88.gif

Published in:Au Quotidien |on février 22nd, 2011 |2 Comments »

Vendredi, 18 février 2011

13c47163.gif

Les surprises, ont les laissent venir, ont ne les force pas. Est-ce qu’après réflexion, c’est toujours mieux dans le jardin du voisin? N’est-ce pas une belle illusion qu’on fait miroiter dans notre tête. Vais-je être plus heureuse si… J’ai toujours l’impression de rechercher sans cesse l’inaccessible, de courir après mon propre bonheur, mon propre destin, le forcer, vouloir le palper du bout des doigts. Je me fais des scénarios, j’imagine ma vie, je l’idéalise. Par mes millions de « Si…Et si… ». Finalement, est-ce que j’ai raison, est-ce que j’ai tort?

Où suis-je rendue avec tout ça, me suis-je poussée à bout, est-ce le point de non-retour, le point culminant du changement? La peur prend toute son emprise et me fait craindre le pire. Je ne sais plus si je dois avancer ou reculer et je ne parle pas ici de ma maladie, mais bien de ma vie en général. À force de trop vouloir le mieux pour moi-même, j’ai obtenu la déception. Je ne suis pas comblée des résultats pour lesquels je me suis tant battue. Ok, je suis plus mince et après? Est-ce que ça m’a véritablement apporté la joie et la sérénité d’autrefois? Non… Je suis profondément déçue, je suis dans mon beau trou noir dans une ville que je ne connais pas, que je n’aime pas et autour de moi, le néant dans lequel je me suis enfermée. J’ai cru y trouver une certaine sécurité, mais j’ai trouvé l’abîme. Qu’est-ce que je fais maintenant?

Dans la vie, parfois c’est si dur de décider. Je n’ai pas vraiment envie parce que les décisions apportent bien souvent de l’insécurité, les fâcheuses décisions, les décisions définitives, celles qui nous poussent à aller de l’avant pour mieux laisser derrière. Je me sens terriblement impuissante face à mes décisions, comme si l’inévitable s’en venait avec son grand sourire sournois. J’ai deux voix qui me parlent dans mon for intérieur, une disant, vas-y et laisse tout derrière, et l’autre qui me dit, ne bouge surtout pas de peur de te bruler les ailes encore une fois. Si seulement je comprenais une fois pour toutes que peu importe les changements que j’apporte à ma vie, le bonheur est à l’intérieur de moi que je sois n’importe où sur la terre. J’ai la chienne de vivre…mais laissons la vie s’occuper de nous et cessons de toujours vouloir forcer les choses.

fleur-anime-140.gif

Published in:Au Quotidien |on février 18th, 2011 |No Comments »

Mercredi, 16 février 2011

 lutins-08.gif

Maudite grosse tête de linotte! C’est quoi l’idée d’aller te peser à 19 h le soir, les jambes bouffies par la rétention d’eau et aucune élimination. Bof, je m’en fou parce que ce matin, j’étais au même poids que d’habitude. Une chance. Ça ne donne rien, ça me crée seulement beaucoup d’anxiété. Résultat, obligée de me prendre deux pilules pour les crises de panique. Je me la donne roff la vie…

L’important, c’est aujourd’hui, c’est mon sourire présent, c’est cette détente que je ressens dans tout mon corps, jusqu’au creux de mon âme. Je me sens bien en ce mercredi. Les jours sont parfois si différents. Mais aujourd’hui, je me sens comme un petit papillon de printemps, je me sens libre de parcourir la terre entière.

Y a de ces journées qui nous font tranquillement reprendre espoir. Aujourd’hui, c’est ma journée. Ma journée d’espoir, de doux souvenirs et de musique emportante. Ça se résume seulement à ça, c’est bien assez!

serpent.gif

Published in:Au Quotidien |on février 16th, 2011 |No Comments »

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 148 articles | blog Gratuit | Abus?