Archive for the 'Solutions, Ressources, Aide' Category

Site découvert sur les troubles de l’alimentation et autres

Les troubles de l’alimentation

bougie_43.gif

L’image corporelle est presque une obsession dans notre société. La preuve : à toute époque, 70 % des femmes et 35 % des hommes sont au régime. Plus inquiétants sont les résultats d’une enquête menée par Statistique Canada en1993. Celle-ci révéla qu’entre 1 et 2 % des femmes âgées de 15 à 25 ans sont anorexiques et entre 3 et 5 % sont boulimiques. Le taux de mortalité associé aux troubles de l’alimentation est plus élevé que celui de toute autre maladie mentale, alors qu’entre 10 et 20 % y succombe tôt ou tard en raison de complications.

Ces états constituent un danger de mort et il est clair que leur prévalence augmente. Bien qu’ils soient appelés ainsi, les troubles de l’alimentation ne concernent pas vraiment l’alimentation. Ils sont plutôt un moyen de faire face aux problèmes plus profonds qu’une personne trouve trop douloureux ou pénibles à affronter directement. Ils s’agissent d’états complexes qui signalent des difficultés au niveau de l’identité, du concept de soi et de l’estime de soi. Les troubles de l’alimentation franchissent les frontières culturelles, raciales et socio-économiques, et touchent les hommes et les femmes.

Les troubles de l’alimentation sont parfois difficiles à détecter. La façon dont les médias glamourisent le soi-disant corps idéal, ainsi que l’idée qu’être au régime est tout à fait normal, peuvent masquer les problèmes qu’une personne éprouve en matière d’alimentation. Les personnes souffrant de troubles de l’alimentation peuvent avoir de la difficulté à admettre qu’elles ont un problème. Savoir comment venir à leur aide peut également présenter des difficultés. Des traitements sont disponibles - le processus peut parfois demander du temps, mais il est possible de surmonter un trouble de l’alimentation. Si vous ou une de vos connaissances croyez avoir un trouble de l’alimentation, il est important de tout d’abord en connaître les faits. Venir à comprendre ces états est un premier pas vers le rétablissement.

Anorexie mentale, boulimie et hyperphagie boulimique

Trois troubles de l’alimentation chroniques ont été identifiés. L’Anorexie mentale se caractérise par une perte de poids considérable due à l’extrême réduction de l’apport alimentaire. Ses symptômes incluent :

  • le refus de maintenir un poids normal ou au-dessus de la normale pour leur type corporel
  • suivre un régime alimentaire très restreint, généralement accompagné d’exercices physiques excessifs
  • le sentiment d’être trop gros(se) en dépit d’une perte de poids considérable
  • l’arrêt des menstruations o une préoccupation exagérée envers le poids et la forme corporelle

    La Boulimie se caractérise par des épisodes d’ingestion incontrôlée d’une grande quantité de nourriture suivis de purgations et, par conséquent, de fréquentes fluctuations de poids. En plus de l’obsession liée à l’image corporelle, ses symptômes incluent :

    • des épisodes répétés de crise de boulimie et de purgation; cette dernière s’agit généralement de vomissements provoqués, l’emploi abusif de laxatifs, de médicaments amaigrisseurs et/ou de diurétiques - des méthodes qui sont à la fois inefficaces et nuisibles
    • manger bien au-delà de sa faim

    L’Hyperphagie boulimique, ou alimentation compulsive, est souvent provoquée par le fait d’être sans cesse au régime. Elle se caractérise par des périodes de suralimentation, souvent en cachette et souvent dans le but de se réconforter. Ses symptômes incluent :

  • des périodes d’alimentation incontrôlée, impulsive ou continue
  • des périodes de jeûne ou des régimes amaigrissants répétitifs

    Signes avertisseurs

    Les troubles de l’alimentation sont parfois difficiles à détecter. Une personne souffrant de boulimie peut sembler avoir un poids normal, mais son comportement en matière d’alimentation peut s’avérer mortel. Voici quelques-uns des signes avertisseurs :

  • · une faible estime de soi o le retrait social
  • le sentiment d’être gros(se) alors que le poids est normal ou sous la normale
  • être constamment préoccupé face à la nourriture, à son poids, au compte de calories et à l’opinion des gens
  • le refus d’admettre qu’un problème existe
  • le désir d’être parfait(e)
  • l’intolérance des autres
  • l’incapacité de se concentrer

    Quelles sont les causes d’un trouble de l’alimentation ?

    Lorsqu’une personne souffre d’un trouble de l’alimentation, sa vie est principalement centrée sur son poids. Elle se préoccupe constamment des apports caloriques, des teneurs en graisse, de faire de l’exercice et de son poids, ce qui lui permet de compenser les émotions ou situations pénibles qui sont au coeur du problème et lui donne un faux sentiment d’être maître de soi.

    Il ne s’agit pas ici d’une seule cause. Un trouble de l’alimentation est généralement provoqué par une combinaison de facteurs. Les facteurs psychologiques incluent : faible estime de soi, ne pas se sentir à la hauteur ou manque de contrôle, dépression, colère ou solitude. Les facteurs interpersonnels incluent : famille dysfonctionnelle, relations personnelles stressées, ne pouvoir facilement exprimer ses émotions et ses sentiments, antécédents de violence physique ou d’agression sexuelle. Un autre facteur contributif est la promotion, par les médias, d’images et de buts irréalistes, ainsi que leur tendance à juger la valeur d’une personne selon son apparence physique.

    La possibilité d’un facteur biochimique ou biologique fait présentement l’objet d’études. Chez certaines personnes atteintes d’un trouble de l’alimentation, la chimie du cerveau qui contrôle la faim, l’appétit et la digestion présenta un déséquilibre, ce dernier possiblement provoqué par le trouble.

    Traitement des troubles de l’alimentation

    Plus tôt une personne cherche à se faire traiter, plus tôt pourra-t-elle bénéficier des traitements. Cependant, les gens atteints d’un trouble de l’alimentation tentent habituellement par tous les moyens de cacher leur état et ils ont beaucoup de difficulté à admettre qu’un problème existe. Ces troubles sont parfois difficiles à diagnostiquer car leurs symptômes sont souvent éclipsés par la dépression, l’anxiété et l’abus d’intoxicants.

    La méthode de traitement la plus efficace est l’approche multidisciplinaire. Celle-ci s’agit d’une évaluation médicale complète, de conseils en nutrition, de soutien, de suivi médical, de thérapie individuelle, de groupe et familiale. Vu l’impact profondément négatif qu’ont les troubles de l’alimentation sur tous les membres de la famille, il est parfois nécessaire que chacun d’eux consulte un thérapeute.

    Que puis-je faire ?

    Si vous êtes secrètement aux prises avec un trouble de l’alimentation, vous n’êtes pas seul. Un très grand nombre d’hommes et de femmes en sont affligés et il n’y a aucune honte à demander de l’aide. Le problème est tel qu’il dépasse vos capacités de le régler vous-même, alors faites usage de l’aide et du soutien à votre disposition.

    Si vous croyez qu’une de vos connaissances souffre d’un trouble de l’alimentation, renseignez-vous autant que possible sur ces états. Faites-lui part de votre inquiétude calmement et d’une manière qui dit que vous vous souciez d’elle ou de lui. Vous ne pouvez pas forcer quelqu’un à changer leur comportement, par contre, vous pouvez leur laisser savoir que vous vous souciez d’eux et souhaitez offrir votre soutien. Encouragez la personne à obtenir de l’aide professionnelle. Ne faites pas de reproches et lors de discussions, mettez l’accent sur les sentiments plutôt que sur la nourriture. Examinez vos propres préoccupations en matière d’alimentation et de poids. Donnez-lui votre appui, mais n’habiliter pas son comportement.

    Ou s’adresser pour de plus amples renseignements

    Pour de plus amples renseignements au sujet des troubles de l’alimentation, contactez un organisme communautaire comme l’Association canadienne pour la santé mentale; un tel organisme pourra vous faire part des soutiens et ressources disponibles dans votre quartier.

    Vous pouvez consulter le site Web du National Eating Disorder Information Centre, www.nedic.ca, pour une liste des services et ressources de traitement disponibles à travers le Canada.

    http://www.cmha.ca/bins/content_page.asp?cid=3-98〈=2

    Published in:Solutions, Ressources, Aide |on février 4th, 2011 |1 Comment »

    D’où ça vient?

    rad3d2b8rose-bleue-2.jpg

    Est-ce que c’est de ma faute?

    Vous êtes en train de constater que la personne que vous aimez est boulimique et votre première réaction est peut-être de vous demander si vous en êtes la cause, si vous ne lui apportez pas tout ce dont elle a besoin. Personne n’est parfait, vous connaissez vos zones de fragilité, voire d’incohérence et vous craignez d’être responsable de sa souffrance.

    Aujourd’hui la psychologie moderne n’établit pas un rapport direct de cause à effet entre les symptômes d’une personne et son entourage. Les causes sont multi factorielles (parmi lesquelles peut-être une participation génétique) et il est pratiquement impossible de les isoler et de les identifier.

    Si vous êtes ses parents

    Parmi ces facteurs, on remonte à une difficulté relationnelle du tout premier âge qui, elle-même, n’est pas nécessairement induite par une défaillance de la mère, mais peut être provoquée par une fragilité hormonale ou neurophysiologique. Même si ce n’est qu’une petite partie du déterminisme des troubles alimentaires, il est aujourd’hui clairement démontré qu’il y a une participation génétique à ces troubles. Quoi qu’il en soit, en tant que parent, si vous craignez de ne pas avoir su répondre aux besoins de votre enfant lorsqu’il était bébé, vous ne l’avez certainement pas fait intentionnellement. Vous avez fait au mieux avec vos compétences du moment.

    Si vous êtes son (sa) conjoint(e)

    Si vous êtes son (sa) conjoint(e), vous n’y êtes pour rien non plus. On a souvent dit par exemple que Lady Di était boulimique anorexique parce qu’elle était malheureuse avec Charles, mais il n’en est probablement rien. Elle aurait eu un époux fidèle et amoureux il en eut très probablement été de même dans la mesure où la boulimie anorexie prend racine dans un profond manque de confiance en soi qui date des tous débuts de la vie.

    Comprendre pour aider?

    Cela dit, parents, partenaires amoureux, même si vous n’avez peut-être rien à voir avec son mal-être, vous pouvez l’aggraver par un comportement qui ne serait pas ajusté : par exemple en la culpabilisant, en lui reprochant de manquer de volonté, en affichant votre contrariété ou votre angoisse, ou même, paradoxalement, en la maternant. En alourdissant son fardeau du votre, vous lui prendriez, sans vous en rendre compte, le peu d’énergie qui lui est nécessaire maintenir sa tête hors de l’eau. (cf. la rubrique “thérapies ”).

    Vous pourrez trouver de plus amples informations dans la rubrique “thérapies ” de ce site dans un grand nombre d’articles sur la boulimie anorexie et même dans la rubrique vidéo. Mais pour résumer rapidement il y a deux façons de comprendre le problème de votre proche, et selon la manière dont on le comprend, il y a deux approches thérapeutiques différentes :

    Le courant médical

    En plus de son comportement alimentaire, vous êtes très perturbés par ses troubles de l’humeur. Le courant médical attribue les troubles de l’humeur aux conséquences physiologiques du dysfonctionnement alimentaire : fatigue, maux de ventre, déprime… Il s’emploie donc en premier à soigner uniquement le comportement alimentaire, pensant tout naturellement que le comportement relationnel rentrera dans l’ordre à la fin du traitement.

    Le courant psychologique

    Le courant psychologique (psychanalyse, psychologie humaniste) attribue les troubles de l’humeur non pas aux conséquences du comportement alimentaire, mais à un trouble de la personnalité : c’est parce que les boulimiques sont désorganisées au niveau de leur identité qu’elles ont des « sautes d’humeur » et un besoin frénétique de manger. Bien sûr il y a eu un mauvais départ dans la toute première enfance dû à des facteurs génétiques ou relationnels… Mais en parallèle de la psychiatrie qui peut parfois donner des médicaments adaptés au problème physiologique, la psychothérapie traite les troubles de l’humeur en travaillant sur le manque profond de confiance en soi de la personne boulimique anorexique. Vous trouverez plus de détails dans des articles de ce site.

    Mais pour faire court, bien que chacun soit unique, avec ses spécificités, son univers et son style, les personnes boulimiques-anorexiques ont en commun un certain nombre de dysfonctionnements relationnels et émotionnels. On peut néanmoins repérer plusieurs types de personnalité chez les personnes boulimiques anorexiques dont les deux principaux sont manifestent soit un trouble dépendant (affectif), soit un trouble borderline de la personnalité.

    Personnalité bordeline ou dite limite:

    Elle a une grande peur d’être abandonnée et elle fait tout pour ne pas l’être;

    Elle idéalise la personne à l’extrême pour la dévaloriser au plus bas par la suite. Relation instable;

    L’image d’elle est perturbée. Elle se dévalorise beaucoup;

    Elle est très impulsive (boulimie, anorexie, sexualité débridé, dépenses exagérés, toxicomanie, conduite automobile dangereuse);

    Ses gestes et ses comportements sont répétitifs: automutilation, menaces suicidaires;

    Elle a de fortes réactions, elle critique, elle est irritable et vit de l’anxiété;

    Elle a un sentiment chronique de vide;

    Elle vit de grandes colères, elle a de la difficulté à les contrôler, elle s’emporte pour un rien;

    Lors d’un stress, elle aura des pensées persécutrices du drame.

    Published in:Solutions, Ressources, Aide |on janvier 18th, 2011 |No Comments »

    Quelques pistes pour l’entourage

    la-famille.jpg

    L’entourage est souvent en souffrance, ne comprend pas, ne sait pas quoi faire. D’un autre côté le monde médical a souvent une approche comportementale (qui peut aider dans les moments de crise aigüe) mais qui ne résout parfois pas le problème à long terme.

    Nous vous proposons des pistes réflexion pour :

    Comprendre : Est-ce simplement un trouble du comportement alimentaire ou bien est-ce aussi un problème de personnalité ?

    Agir : Selon qu’il s’agit de l’un ou de l’autre, certaines thérapies sont plus ajustées et d’autres pas. Certaines démarches peuvent éventuellement être inutiles.

    Éviter des erreurs de communication. Elles augmenteraient inutilement la souffrance et la culpabilité de votre proche et vous éloignerait du but que vous recherchez: vivre un jour avec elle (ou lui) et non simplement à côté.

    Aussi comprendre “de l’intérieur” vous permettrait de ne pas être maladroit, de réussir à mieux communiquer, de ne pas charger en culpabilité et en angoisse sa souffrance qui est énorme, même si elle (ou il) vous les cache.

     http://www.boulimie.fr/quelques-pistes/

    Published in:Solutions, Ressources, Aide |on janvier 18th, 2011 |No Comments »

    Comment agir avec une personne anorexique ou boulimique?

     

     3b54f7e3.jpg

    Obtenez de l’information et partagez-la.

    Exprimez votre inquiétude, mais n’essayez pas de contrôler.

    Ne soyez pas surpris si la personne nie son problème.

    Encouragez la personne anorexique ou boulimique à consulter un professionnel; insistez, s’il le faut.

    Évitez les discussions par rapport à la nourriture.

    Ne blâmez pas la personne.

    Attention aux comparaisons : l’estime personnelle des personnes souffrant de troubles de l’alimentation est parfois fragile.

    Faites preuve d’empathie : évitez les commentaires sur l’apparence et sur les comportements.

    Évitez de menacer ou de faire peur.

    Encouragez la personne à participer à des activités non liées à la nourriture.

    Lorsque la personne est en thérapie, lâchez prise.

    Soyez patient : cette maladie peut être longue et il est inutile d’espérer une guérison instantanée.

    Obtenez de l’aide pour vous : recherchez le soutien de votre famille, de vos amis ou d’un professionnel.

    Published in:Solutions, Ressources, Aide |on janvier 16th, 2011 |No Comments »

    Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 148 articles | blog Gratuit | Abus?